Echangiste amateur escort girl soumise

echangiste amateur escort girl soumise

C'était, ou du moins il convenait de le faire e Avec Lord Beaconsfield à la téte du Ministère, il n'y avait rien à douter de.

La sécurité était donc assurée quant aux relations inte. Un changement de Ministère, en faisant passer la direction de la politique anglaise aux mains d'hommes animés d'un autrre esprit, pouvait tout remettre en question et susciter des complications imprévues.

Le Cabinet de Londres ne s'était pas encore fait scrupule de retirer ou d'atténuer les doctrines que queùques uns de ses membres avaient émises dans la lutte électorale,. Jes accusations dirigées contre l'Autriche, les sympathies exprimées pour une conféde. Dans ces conditions, il était dane habile de cher. Si l'Autriche-Hongrie, dont ici on s'est un peu rendu solidaire, devait aller au devant de graves embarras, J'Allemagne, à titre de réciprocité, ne pourrait se dispenser de lui venir en aide.

En d'autres termes, il a tout intérèt au maintien de la paix, en manoeuvrant en sorte de prévenir que les ckconstances ne favorisent une coalition contre le programme qui a prévaJ. Cette manifestation de bon vouloir produira-t-elle l'effet que l'on a eu en vue? Il est permis cependant de faire dès à présent quelques réserves. Le nouveau Cabinet anglais par sa récente circulaire, demandant que les questions encore en suspens du Monténégro, de la Grèce, et de l'Arménie soient résolues, s'est appliqué à calmer les appréhensions dont il rencontrait ici et à Vienne l'expression assez accentuée.

Mais les fonctions aecordées à M. Chamberlain, et surtout à Sir Charles Dilke, laissent supposer que des influences moins modérées que celles de Lord Granville se feront jour dans la conduite des affaires extérieures.

Quant à la Russie, tout en profitant de l'occasion de pouvoir se rapprocher, ne fut ce qu'en apparenee, de l'Autriche et de l'Allemagne, elle se contentera du résultat obtenu, sans trop s'en exagéretr la valeur. Le sentiment de la confiance ne s'improvise pas, et il aura beaucoup de peine à renaitre après le retentissement qui a été donné au voyage du Pri: Il ne rompra pas avec la Russie, il redoublera méme de ménagements pour écarter une provocation.

Mais par mesure de précaution et pour ne pas étre pris au dépourvu, il aura un revolver à portée de sa main. De cette manière les deux anciens amis peuvent continuer à marcher bras dessus bras dessous. Telle était la situation il y a environ deux mois. Ainsi que j'ai pu le vérifier, elle ne s'est pas sensiblement modifiée depuis lors. Son Altesse convient sans doute que, de part et d'autre, Ies deux Etats échangent des protestations d'amitié.

Les dehors sont parfaitement observés. Mais le Prince a soin d'ajouter: La dernière guerre ne lui a-t-elle pas été imposée contre son désir, et malgré les avertissements, qui n'ont pas manqué, qu'en faisant le jeu des panslavistes, il déchainerait les passions révolutionnaires? Il trahit une grande irritation en suite des difficultés et des échecs qu'il rencontre dans sa politique intéri: Jamais H ne l'a pris sur un ton aussi haut avec les opposants, les confondant tous dans ses critiques, qu'ils s'appellent natio.

Pour expliquer ce,t état nerveux, je pense qu'on ne s'écarterait pas trop de la vérité, en l'attribuant en grande partie aux préoccupations que lui imposent les conditions actuelles de l'Europe. Confidentiellement j'ai l'honneur de porter à la connaissance de V. Son Altesse a reçu un rapport de son chargé d'affaires à Constantinople, où l'on connrme presque la certitude de la connivence de l'Autriche avec la Turquie, afin de créer au Monténégro la plus dangereuse situation et on ajoute que les préparatifs de guerre pour renforcer les albanais se poursuivent rigoureusement par la Sublime Porte.

Le pdnce Nicolas se plaignant que le Monténégro, qui ne demande que l'exécution de stipulations formelles, soit abandonné pa. Chargé d'affaires d'Angleterre résidant à Scutari s'est rendu dernièrement à Cettigne pour proposer au prince une treve entre les monténégrins et la ligue albanaise offrant de se servir du commissaire anglais comme intermédiaire.

Le prince Nicolas répondit qu'il ne reconnaissait aucune ligue, mais seulement la Turquie, qui ,lui créait les dangers du moment. Son Altesse est étonnée du procédé de l'agent diploma. Con dispaccio del 21 aprile n. Tornai indi sullo stesso argomento quando con dispaccio del 28 aprile n.

Ambasciatore in Pietroburgo, nel quale erano esposte le ragioni per cui non sembravano opportune le modificazioni del primitivo programma proposto a tale riguardo dal Governo russo. L'Ambasciatore di Francia mi ha ora comunicato un dispaccio del suo Governo da cui apparisce che il Governo della Repubblica partecipa interamente alla nostra opinione. Ne risulta inoltre che il gabinetto di Pie,troburgo non insiste neHa sua proposizione e limitasi solo a suggerire che la Commissione europea non abbia più a pigliare il suo titolo dalla Rumelia Orientale.

Su questo punto il Governo francese non fa difficoltà di sorta, e noi siamo pure del suo avviso, imperocché anche a noi come al Governo fTancese, sembra indifferente che la commissione incaricata di esaminare i regolamenti per le provincie della Turchia di Europa conservi, o non, il titolo che ebbe finora purché rimanga ben inteso che essa prosegue la missione affida,tale dal Congresso e conserva puramente e semplicemente la competenza definita dal Trattato di Berlino. L'ambassadeur d'Angleterre m'a remis copie d'une dépéche de lord Granville nous proposant de donner au représentant du Roi à Constantinople instruction d'adresser à la Sublime Porte, d'accord avec les représentants des autres Puissances, une note identique et simultanée invitant le Gouvernement ottoman à remplir immédiatement les obligations qu'il a contractées par le traité de Berlin à l'égard de la Grèce, du Monténégro et des réformes en Arménie.

J'ai répondu à sir Augustus Paget que nous étions, pour notre part, tout prets à nous joindre à la démarche suggérée par le Cabinet de Londres. J'ai seulement ajouté, en ce qui concerne le Monténégro que la proposition actuelle de l'Angleterre peut se considérer comme ayant été mise d'avance à exécution par la note collective que les représentants des Puissances ont présentée le trois de ce mois à la Sublime Porte.

J'attendrai les communications ultérieures du Cabinet de Londres au sujet de la teneur de la note ddentique qu'il propose pour. Si ce fait était ou devenait exact, serait-ce un accroc au Traité de Berlin? Cette question passionnait-elle nos journaux? Les partisans de la ligue albanaise exerçaient-ils quelque influence en Italie?

Il prévoyait l'immense diUiculté de trouver une solution. Où commencent, où finissent les frontières de ce Pays? J'ai répondu que, jusqu'ici, je n'avais lu que dans.! Une trouée dans le traité de Berlin n'aurait lieu, que si le Monténégro n'obtenait pas les terdtoires qui lui ont été accordés ou une compensation équitable.

Si à Constantinople on consent, ou si l'on ne peut empecher l'autonomie ou l'indépendance, il n'était guère probable que les puissances parviennent à se concerter sur des moyens effLcaces pour réintégrer la Turquie dans ses droits. Il serait seulement à craindre que cet exemple ne trouvat des imitateurs.

Comme à l'époque du Congrès, on pourrait élever des doutes sur l'aptitude des différentes populations des Balkans à se gouverner elles-memes. L'antagonisme de race est encore un obstacle puissant. Le Traité de Berlin, oeuvre avant tout de conciliation et de patx, visait à créer un état de choses intermédiaire entre la situation antérieure, qui laissait tant à désirer, et les meilleures conditions de vie réservées à l'avenir.

Il contient des éléments qui, avec le temps, offriront des mei: Ce n'est certes pas l'Italie qui se mettrait en travers de tout ce qui peut contribuer à assurer à ces peuples un self government. Mais il faudrait que ce fut à leur profit, et qu'aucune grande Puissance n'empiète sur eux, avec détriment de la tranquillité géné. Je n'avais pas manqué d'en référer à Rome. Je ne pouvais d'ailleurs que me référer aux déclarations très explicites de V.

Il va sans dire que c'est aussi à la condition qu'il soit respecté par autrui. Le Secrétaire d'Etat laissait alors entendre que, du moment où nous n'avions aucune visée sur l'Albanie, et qu'à son tour le Cabinet de Vienne déc1are ne désirer en aucune manière d'élargir les droits ooncédés à l'Autriche par le traité de Berlin, car une extension de ces droits nuirait à la Monarchie AustroHongroise, le problème qui se pose maintenant dans ces régions serait de plus en plus difficile à résoudre.

Il devenait trop délicat de continue. Je l'ai donc rompu, en ayant bien soin de laisser comprendre que je n'avais parlé qu'à un point de vue tout à fait particulier. Le Prince de Hohenlohe, dans la dernière partie de notre entretien, faisait évidemment allusion à la lettre de M.

Le fait est des plus étranges et ne manquera pas de fournir aux 'I1ories matière à de vives critiques. Cependant, dans sa lettre d'excuse, M. Gladstone prend en quelque sorte acte de la déclaration du comte Karolyd, de ne pas vouloir aller au delà de la Bosnie et de l'Herzégovine. On prétend meme qu'àl se réservait de la pousser plus en avant, dans le cas où Ies aspira.

Mais alors il ne saurait approuver que le Cabinet de Vienne se regimbe à servir ses desseins secrets. Les Albanais n'obéissent certes pas à un mot d'ordre de St. Pétersbourg, mais s'ils triomphent, les jugo-slaves se mettront eux-aussi de la partie. Conviendrait-U au Chancelier de nous induire à opérer une diversion à nos risques et péri1s? Peut-etre que 18 conversation du Prince de Hohenlohe n'avait qu'un caractère académique.

Quoi qu'il en soit, la plus g. Je ne m'explique pas trop d'ailleurs l'intéret que nous aurions à mettre le doigt dans un véritable guepier,. Ce n'est pas en Albanie, qu'il nous conviendrait de chercher une extension de territoire, en nous écartant du principe des nationalités.

Si ce peuple parvient à se constituer, à faire prévaloir ses aspirations, on le retrouvera les armes à la main lorsqu'il s'agira de rectifier les frontières de la Grèce. Alors le moment viendra peut-è. Une autre politique dans ces régions me semblerait aventureuse, sans avantage réel, et nous exposerait à ne jouer que le jeu de telle ou telle autre puissance.

Ho l'onore di trasmettere qui acclusa all'E. Con questa lettera, ch'è stata presentata al Parlamento, il Primo Lord della Tesoreria porge spiegazione di talune espressioni da lut usate nei suoi discorsi elettorali a Midlothian contro la politica estera dell'Impero AustroUngarico.

Tale documento ha svegliato l'attenzione dell'opinione pubblica ed è quest'oggi commentato in vari modi dalla stampa, principalmente dai giornali dell'opposizione che lo giudicano con severità. I forward to your Excellency, by Mr. Gladstone's request, a copy of a letter written in consequence of previous oral and written communications with Count Karolyi. I thank your Excellency for your letter, which, uniting frankness with kdndness, renders my task an easy one.

At the moment when I accepted from the Queen the duty of forming an Administration, I forthwith resolved that I would not, as a Minister, either repeat, or even defend in argument, polemica! Two points have been raised by your Excellency. I will dispose of the first by expressing my regret that I should even have seemed to impute to His Imperia!

Majesty language which he did not use. Your Excellency says that His Imperia! Permit me to say I have no such dispositions towards any country whatever, and that I at all times have particularly and heartily wished well to Austria in the performance of the arduous task of consolidating the Empire. I feel a cordial respect for the efforts of the Emperor, and I trust that their complete success may honourably and nobly mark his reign.

With respect to my animadversions on the foreign policy of Austria in times when it was active beyond the borders, I will not conceal from your Excellency that grave apprehensions had been excited in my mind lest Austria should play a part in the Balkan Peninsula hostile to the freedom of the emancipated populations, and to the reasonable and warranted hopes of the subjects of the Sultan.

These appreliensions were founded, it is true, upon secondary evidence, but it was not the evidence of hostile witnesses, and it was the best at my command. Your Excellency is now good enough to assure me that your Government has no desire whatever to extend or add to the rights it has acquired under the Treaty of Berlin, and that any such extension would be actually prejudicial to Austria-Hungary.

Permit me "'t once to state to your Excellency that, had I been in possession of such an assurance as I have now been able to receive, I never would have uttered any one of the words which your Excellency justly describes as of a painful and wounding character. Whether it was my misfortune or my fault that I was not so supplied I will not now attempt to determine, but will at once express my serious concern that I should, in default of it, have been led to refer to transactions of an earlier period, or to use terms of censure which I can now wholly banish from my mind.

I have only to thank your Excellency alike for the matter and the manner both of your oral and of your written communications. Le sono particolarmente grato, signor Ministro, per l'approvazione che con tanta lealtà e cortesia di forma anche le piacque impartirmi pel mio operato in quella spinosa vertenza.

Per conto mio non dubito che da parte del Gabinetto di Vienna non se ne riparlerà più. L'assicurare questo risultato, era precisamente lo scopo ch'io mi proponevo nell'insistere presso il Barone di Haymerle onde mi desse un documento che, constatando il ritiro dell'ordine di sfratto, ponesse pure in sodo ch'esso era stato emanato incond1zionalmente.

QueHa comunicazione mi fu fatta in verità sotto forma di lettera particolare, ma a mia precisa richiesta, senza che io assumessi impegni sull'uso che farei di quel documento. Sul pDincipio di questo maggio il Ministro a: L'Agente austriaco insisté dicendo che il Governo di Vienna teneva assaissimo alla permuta e che certamente gli avrebbe dato ordine di ritornare sull'argomento. Le comte Dubsky reçoit instructdons de se mettre d'accord avec ses collègues pour engager la Sublime Porte à se servir des troupes qui vont etre débarquées en Albanie pour intercepter toute communication avec les bandes albanaises et empecher ainsi qué celles-ci ne reçoivent encore des renforts et des nouvelles ressources.

Si le comte Dubsky vous en fait la demande et si tous les autres représentants sont d'accord, vous etes autorisé à vous joindre à la recommandation que le Cabinet de Vienne suggère de faire à la Porte 2. La compagnie a demandé du. En attendant il faudrait obtenir par l'entremise du tribuna! Il parait que la réponse du prince a été telle que la rapporte Durando.

Demain soir probablement arrivera à Rome la proposition annoncée dans mon télégramme d'hier l pour réunir e n conférence à Berlin ou à Paris I es ambassadeurs des Puissances pour régler le différend greco-turc dans le cas où la Porte ne se conformerait immédiatement au projet déjà élaboré à ce sujet. Chaque ambassadeur devra etre accompagné d'un délégué technique. J'ai fait connaitre à Granville le télégramme de V.

Il me charge de remercier V. J'ai remis à Granville mon mémorandum sur Assab. Après Iui avoir exposé l'état de la question, il m'a promis d'examiner attentivement cette affaire à la quelle il ne me parait pas de prime abord vouloir donner, au point de vue anglais, l'importance que le prècédent Ministère semblait lui attacher.

A dir il vero non è intieramente estranea al pensier mio l'idea, che l'Austria abbia avuto non lieve parte nel far andar a vuoto l'accordo turcomontenegrino, e nel creare l'attuale situazione in Albania. L'aZJione spiegatadall'Italia in quei negoziati, non convien dissimularselo, spiacque vivamente a Vienna, a malgrado si abbia voluto far credere che il Gabinetto imperiale assecondava quella nostra conciliante intromissione. Credo quindi abbiasi ad accogliere con molta riserva le informazioni tutte che non provengono da veramente provate e spassionate fonti.

Infatti alcuni giorni fa il barone Haymerle parlandomi degli affari d'Albania, chiedevami se sapevo cosa ne scrivesse il signor Zerboni, e tosto soggiungevami: In quelle parole eravi un'insinuazione troppo chiara perché non l'afferrassi, evidentemente mi si voleva far capire che al Gabinetto di Vienna risultava che il R. Console a Scutal'ii spiegava un'azione contraria a quella che mi si dimostrava desiderio io gl'inculcassi di seguire. Governo, emergerebbe che sarebbero gli agenti austriaci quelli che in Albania soffierebbero nel fuoco.

Io non dubito che il R. Governo non ha nessuna intenzione di quel genere, poiché un nostro intervento militare in Albania potrebbe condurci a complicazioni gravissime, ed anzi tutto ad una aperta rottura coll'Austria, certo non desiderabile nell'attuale situazione euro.

Più che mai parmi infatti che per quanto ha tratto all'Albania dobbiamo in modo asso1uto propugnare il non intervento e non esitar anche a dichiararci a priori contrari ad esso, ogni qualvolta saremo chiamati a discutere i mezzi atti ad assicurare. Lord Lyons a été pour quelques jours à Londres et était attendu hier, porteur d'explications relatives à la proposition dont traite télégramme de V.

Cabinet français est extrémement sobre d'appréciations; il a été informé par le chargé d'affaires d'Angleterre des bonnes dispositions du Gouvernement de Sa Majesté. L'ayant su, j'ai parlé à M. Ministre des affaires étrangères pa,rait de l'av. Relativement à la dépèche politique n. Le accuso ricevuta dei suoi pregiati rapporti di questa serie, che mi pervennero regolarmente fino al n.

Governo dell'andamento della guerra e degli intendimenti del Gabinetto di Santiago. Col telegramma del 3 maggio l io invitava la S. Mi auguro che le formali rimostranze delle principali potenze marittime europee riescano ad indurre a miglior,i consigli il Governo chileno sul quale pesa una ben grave responsabilità per la patente violazione dei più elementari princLpii del diritto internazionale.

È necessar,io che il Gabinetto di Santiago sia ben persuaso che gli enormi danni causati, per fatto delle sue truppe, alle coionie straniere residenti al Perù, che formano la gran maggioranza della classe abbiente, dovranno pure essere -indennizzati dal Tesoro chileno e che continuando una guerra di distruzione, più che al nemico egli ,recherebbe danno ai suoi propri interessi. La lettera di Mr. Gladstone al Conte Karoly 2 , che la Wiener Zeitung edizione della sera pubblicava anch'essa ieri, ha prodotto sull'opinione pubblica in Austria-Ungheria, come di leggeri si comprende, una impressione di soddisfazione grandissima.

Quella solenne ritrattazione del Primo Ministro Britannico, è ,infatti uno di quegli atti di sottomissione, di cui la storia conta forse pochi precedenti, e che quindi è ben fatto per sol'leticare l'orgoglio degli Austro-Ungheresi. A mio avviso si avrebbe torto a dare soverchio peso alle dichiarazioni formolate in quelle due lettere. Le assicurazioni date da'l Conte Karoly, ancorché Egli abbia avuto preciso ordine d'esprimersi in tal senso locché è ragionevole credere, nulla possono mutare alle tendenze della politica austriaca il di cui ulteriore svolgimento dipenderà unicamente dalle circostanze.

Le dichiarazioni del signor Gladstone poi hanno quel valore solo che ad ognuno piacerà dargli, tenendo conto del modo col quale ebbe ad esprimersi quell'eminente.

Ripeto che questo mio desiderio è vivissimo; benché sia desiderio solamente mio particolare. Si la dernière proposition autrichienne l avait chance de succès, je pense que pour en obtenir quelque résultat, il faudrait faire accepter en méme temps qu'une commission européenne soit envoyée à Scutari et de là sur les lieux, afin de veiller que les troupes interceptent réellement les communications aux bandes albanaises et leur empéchent de se renforcer et se ravitailler.

Différemment pourraient se renouveler les faits de Goussinjé, c'està-dire que la résistance ne fut vraiment sérieuse que lorsque la Sublime Porte envoya en novembre passé ses troupes près des frontières de ce district sous le prétexte d'assurer le meme but auquel proposition autrichienne parait viser.

La commission que je propose pourrait étre formée des délégués de l'actuelle commission de délimitation qui sont à présent ici sans occupation. Le baron Haymerle a fait prier Granville de vouloir bien exprimer ses vues à cet égard. Quant à nous j'ai dit au comte Wimpffen qui me communiquait ce qui précède que nous n'avions pas d'objections contre le modus procedendi suggéré par son Gouvernement. Dans une réunion des représentants des cinq puissances intéressées on a convenu aujourd'hui d'adresser lundi dix sept courant au ministre des affaires étrangères une note identique rédigée en confo.

Il me revient de très bonne source que notre démarche ne sera pas agréée, au moins tout d'abord 1. Leurs Majestés voyageant en strict incognito, partiront jeudi prochain, Athènes, Corfou samedi, de là se dirigeant vers l'Italie.

On parle dans les cercles bien informés d'une proposition anglaise de réunir pour le quinze juin une conférence, dans une capitale d'Europe, de représentants des grandes puissances à l'effet de faire une détermination préliminaire sur la carte de la nouvelle frontière turcogrecque. Le Cabinet de Berlin répond aujourd'hui à Londres qu'il trouve acceptables les trois points proposés dans la circulaire anglaise comme devant former l'objet d'une note à Constantinuple.

Il espère que les autres Cabinets seront du meme avis, auquel cas le Cabinet de Berlin s'associera à une démarche commune. Le Cabinet de Berlin autorise aujourd'hui l'ambassadeur à Constantinople à appuyer auprès de ses collègues proposition autrichienne concernant emploi des troupes turques en Albanie. Allemagne est prete à s'associer à la recommandation à fai: J'ai insistè aujourd'hui pour obtenir réponse à la note collective, et je me suis associé à la demande faite par l'ambassade d'Autriche dans le sens du télégramme de V.

Le chargé d'affaires de Russie a cru devoir attendre instructions de Saint Pétersbourg. Le premier ministre m'a fait savoir que sous peu on recevrait une note collective et qu'on avait tardé pour pouvoir se mettre à méme de satisfai: En attendant, ordre formel avait été donné à Scutari et à Muktar pacha d'empecher communication avec les insurgés.

Rubattino adresse à l'éditeur du Times, en réponse à celle des solicitors de la compagnie, que ce journal vient de publier. Rubattino reproduisant en bas de sa lettre le texte de celle que M. Hodges lui a écrite le 12 mars dernier et contenant l'engagement forme! Santillana devrait, pour gagner du temps, préparer la copie de cette pièce dont il a emporté l'originai avec les autres à Londres.

A conferma del mio telegramma del 12 corrente n. Nella parte storica aggiunsi alcuni fatti nei quali ebbi qualche parte, affine di dimostrare che l'Italia pensava ad uno stabilimento sulle coste del Mar Rosso, in vista dell'apertura del canale di Suez, assai prima che, in Inghilterra, si avesse piena fiducia in quella impresa.

Accennai semplicemente di volo che l'Inghilterra aveva, non ha guad, a nostra insaputa, esteso sopra Assab la giurisdizione del suo console a Gedda, ma credei ad un tempo necessario di protestare contro il recente procedere del Governo d'Egitto, che, mentre reclama il diritto di sovranità sopra Assab, crea la carica di governatore della costa occidentale del Mar Rosso, come se tale diritto fosse incontestabile.

Rilevai con insistenza l'opinione più volte emessa dagli agenti inglesi, ed accolta dal Governo stesso della Regina, cioè che la sovranità della Porta, e meno ancora quella dell'Egitto, non si era mai effettivamente estesa, in passato, al di là dell'isola di Massaua. L'ho pregato inoltre perché si valga della sua influenza sul Governo egiziano per indurlo a prescindere intanto.

Per tutti V o ici résumé de la réponse de la Sublime Porte à la note collective du 3 mai: Facendo seguito al mio dispaccio di ieri n. Giacomo non credeva necessario di comunicare alle Potenze iiJ.

Secondo il giudizio del Governo russo, le Potenze dovrebbero pure stabilire fra loro preventivamente in che modo esse avranno ad esercitare la loro ulteriore azione, laddove la Sublime Porta non volesse o non potesse soddisfare alla domanda collettiva dei varii Gabinetti. Mi pervenne regolarmente il pregiato dispaccio n. Mi recai quindi al Ministero ave nell'assenza del signor Freycinet trovai il signor de Courcel, ed esposi i fatti; ma egli finse di non essere al corrente della cosa, di non ben capire di che si trattasse, di averne vagamente sentito a parlare dal suo collega alla Direzione commerciale e dal signor Cochery etc.

Onde meglio farmi comprendere pregai i'l Barone di leggere la memoria che la E. L'esercizio francese degli uffizj telegrafici della Reggenza è provvisoriamente affidato all'Amministrazione francese. Immaginate dunque che l'Italia avesse per motivi finanziarj ceduto l'esercizio dei suoi telegrafi ad una Società, questa certo si opporrebbe a che altri intraprenditori le facciano concorrenza ecc.

Osservai pure che quei telegrafi non sono francesi ma tunisini che la cessione dell'esercizio non si applicava ai cavi da stabilirsi nell'avvenire ecc.

Il signor de Courcel sostiene invece che durante l'esercizio ferroviario tutti telegrafi presenti e futuri sono essenzialmente ed esclusivamente franco-tunisini.

Sarebbe veramente superfluo di ripetere qui le vane obbiezioni che m'oppose il Direttore politico. Io ebbi cura di basare il mio linguaggio sul dispaccio dell'E. Ma non ottenni dal mio interiocutore neppure una parola che mi permettesse di sperare un esito favorevole della discussione. Capii solo che se si trattasse di riunire l'Italia alla Tunisia mediante un cavo che andrebbe a far capo all'ufficio francese già stabilito, il signor Roustan riceverebbe istruzioni di cessare l'opposizione ai nostri progetti ma in quel caso il Gabinetto francese pretenderebbe perfino di averci fatta una concessione col rinunciare al suo progetto di ristabilire il cavo tra Biserta e Marsala!

Ora siccome nella sovr'accennata memoria l'E. La proposition turque d'enquéte 2 sera à peine prise au sérieux. On la considère camme un moyen dilatoire. Le Cabinet français ne prendra aucune initiative et s'empressera d'autant moins d'y répondre que la question du Monténégro sera traitée dans la note identique proposée par l'Angleterre. Peu importe au Cabinet de Berlin que la note identique et simultanée proposée par l'Angleterre soit concertée entre les Gouvernements ou entre leurs représentants à Constantinople.

Il se ralliera à l'avis qui prévaudra chez les Puissances. Le résumé de la réponse turque à la note collective pour le Monténégro a été communiqué ici hier. On ne saurait la prendre au sérieux. Le remplaçant du prince Hohenlohe, absent pour quelques jours, n'a pas encore pris les ordres du prince de Bismarck, mais il laisse entendre qu'on pourrait la considérer comme non avenue, puisque les Puissances sont en train de se concerter sur une démarche à faire en commun auprès de la Sublime Porte, en suite de l'invitation du Cabinet anglais.

Interrogé sur l'accueil fait par le Gouvernement russe à la réponse de la Sublime Porte à la note du trois mai, M. Le Gouvernement britannique nous demande si nous consentons à comprendre cette proposition alternative dans la demande collective qu'il a proposée. Je me suis réservé de répondre à la communication de sir A. Il est assez singulier qu'on ignare à Paris l'opposition que M.

Roustan a faite à notre démarche concernant le té! C'est le Bey lui méme qui a fait connaitre cette opposition à M. La convention que M. Mais du moment où le Bey ne fait pas de difficultés, nous ne voyons pas pourquoi ni comment celles-ci pourraient étre soulevées par une tierce puissance, par la France surtout qui exploite à Tunis, à titre provisoire il est vrai, le réseau télégraphique tout entier. Entre la France et nous la question est bien simple. Y a-t-il, dans les engagements existants entre la Tunisie et la France, une clause quelconque autorisant celle-ci à s'opposer à notre demande?

Notre mémoire prouve que non. Nous ne saurions donc admettre que le Gouvernement français, dont les sentiments amicaux à notre égard nous sont connus, veuille persister dans une attitude que rien ne peut justifier. Je vous prie de faire en ce sens les plus pressantes démarches mercredi prochain auprès de M. Mais si ce dernier ne faisait pas mine de se rendre à nos observations, je vous prie de ne pas pousser les choses jusqu'à une conclusion, car je me propose de faire ancore jouer d'autres influences officieuses auprès du Cabinet français.

J'aurai prochainement à vous écrire sur le projet français d'établir entre Biserte et Marsala un nouveau cable au lieu de celui qui a dù étre abandonné depuis plusieurs années. Re,cevant, par votre télégramme du 25 avril dernier 2 , l'avis que, sous la date du meme jour, une note venait de vous etre adressée par le ministre des affaires étrangères de Son Altesse au sujet de l'affaire d'Assab, je me suis empressé de vous répondre que notre intention était de prendre le contenu de cette pièce dans la plus sérieuse considération 3.

Rien n'est, en effet, plus loin de notre pensée que de nous départir, en cette conjoncture, de cet esprit amicai et de haute équité qui a toujours présidé à nos rapports avec le viceroyaume. Moustapha Fehmi pacha, je dois franchement le déclarer, ne me parait pas avoir rappelé avec une parfaite exactitude les précédents de la question. La compagnie Rubattino aurait acheté, en , un terrain, dans la baie d'Assab, à quelques nomades n'y ayant aucun droit de propriété quelconque.

Le Gouvernement égyptien aurait, à son tour, notifié au Gouvernement italien la nullité de cette cession. Le Gouvernement italien se serait, enfin, borné à formuler des réserves en prévision de I'installation, à Assab, d'une station commerciale.

Ce n'est pas ainsi, vous le savez, M. Rubattino a operé, il est vrai, pour son propre compte, soit en , soit encore tout dernièrement, les acquisitions territoriales formant l'établissement actuel d'Assab. Mais le Gouvernement égyptien, qui affirme aujourd'hui, camme il l'a affirmé en , que les vendeurs n'étaient que des pecheurs nomades, n'ayant, sur la cote, ni sur les iles de la baie d'Assab, aucun droit de souveraineté, ni meme aucun droit de simple propriété, n'a jamais été en mesure d'alléguer une preuve quelconque à l'appui de son affirmation.

Rubattino, les officiers de la marine royale qui ont visité ces parages, des voyageurs ayant une renommée européenne, MM. Ce ne sont, dane, pas des réserves en vue d'un projet de station commerciale que le Gouvernement du Roi a énoncées en Nos réserves, formulées dans la note du 26 juin , concernaient les dommages effectifs qui auraient pu résulter, pour,la société Rubattino, d es faits de violence commis par l'équipage du "Kartum ".

Mais mon prédécesseur, M. Visconti Venosta, a eu soin d'ajouter, dans sa note, qu'il n'entendait point, en se préoccupant avant tout du désagréable incident qui venait de se produire, porter préjudice aux questions concernant les droits de souveraineté et de propriété invoqués par l'Egypte. Rubattino n'ayant pas cru de son intéret de donner une suite immédiate aux projets se rattachant, pour lui, à I'achat de la baie d'Assab.

Ainsi que j'ai eu l'occasion de le dire, il y a quelques semaines, dans notre Chambre des députés, la question se présente encore, en droit, avec la plus grande clarté; et c'est précisément pour cela qu'il nous convient d'apporter, dans l'examen que nous sommes tout prets à en faire de concert avec le Gouvernement égyptien, une entière franchise. Les pièces que je vous ai successivement fournies, l'aide-mémoire, notamment, que je vous ai transmis par une dépeche du 23 avril dernier 1 , et dont je joins ici une autre copie, afin que vous puissiez la communiquer au Gouvernement égyptien, établissent, d'après nous, d'une manière irrécusable, que, ni la SubUme Porte, ni l'Egyrpte n'ont jamais exercé, au moins depuis plusieurs siècles, des droits de propriété ou de souveraineté quelconques sur le territoire dont il s'agit.

En un mot, nous devons, jusqu'à preuve du contraire penser que les sultans indigènes, avec lesquels M.

Tout le reste n'est qu'une conséquence juridique des événements. Rubattino est devenu, par le fait de l'achat, le propriétaire du territoire. Mais elle nous crée, envers nous mémes, et envers la représentation nationale, Ies obligations inhérentes à tout exercice de souveraineté, et que nous ne saurions enfreindre sans encourir la plus grave des responsabilités.

La question étant ainsi posée dans ses véritables termes, nous n'avons nullement la prétention de la considérer comme étant définitivement résolue par le seui fait de notre conviction. Nous reconnaissons, au contraire, qu'il y a lieu,. Nous renouvelons mème, au Gouvernement de Son Altesse, la prière de vouloir bien nous soumettre ce qui n'a pas été fait jusqu'ici toute pièce de nature à fournir une base juridique à ses prétentions.

Mais ce que nous demandons, ce que nous nous croyons fondés à demander, c'est que, notre point de vue étant bien entendu formellement réservé, on s'abstienne de compliquer la situation de droit par des actes qui troubleraient le statu qua actuel de possession. Un centre de civilisation et d'activité s'étant désormais formé à Assab, le Gouvernement du Roi pourra ainsi s'acquitter, sans préjudice de la question de droit, de la tàche de protection qui lui incombe, et qui ne cesserait pas de lui incomber, vis-à-vis de ses nationaux intéressés dans l'entre: Je vous prie, M.

Coll'altro dispaccio in data d'oggi 3 rispondo, in termini officiali, alla nota che, circa l'affare di Assab, Le fu diretta il 25 aprile scorso da codesto signor ministro degli affari esteri, e che la S.

È cosa incontrastabile che ad Assab, dove nulla esisteva che accennasse a convivenza socia'le o ad attività economica, è sorto ora un centro civile, che potrà acquistare uno sviluppo sempre maggiore.

Governo e il Governo vicereale nelle forme consuete tra Potenze amiche, nulla sopravvenga che possa turbare la condizione attuale delle cose. Qusto era l'obbiettivo dell'avvertenza che, per istruzione del R. Mustafà Fehmi, rispondendo con la nota del 4 maggio, dichiara che il Governo vice-reale si vuole riservare piena libertà d'azione circa l'oppor tunità delle misure atte alla salvaguardia dei suoi diritti.

Non vorremo certo oppugnare tale dichiarazione, che non è punto in contrasto con l'amichevole osservazione da lei enunciata in nostro nome. E neppure è il caso che, su questo terreno, Ella continui una discussione che sarebbe senza pratica utilità. Ma, presentandosi l'opportunità, Ella vorrà esprimere a S. Prince Nicolas de Monténégro croit que la proposition faite par la Sublime Porte en réponse à 'la note trois du courant est: Elle a pour but d'épuiser le Monténégro, faire constater par l'Europe la soi-disant impossibilité de la Porte à exécuter le mémorandum, le supprimer avec le concours européen, comme elle fit pour la dispositlon du traité de Berlin concernant Goussinjé; enfin rompre l'accord européen, provoquer d'éternelles dissensions et se libérer de sa responsabilité.

En transmettant ces appréhensions de Son Altesse, les agents diplomatiques de Russie, de France et moi pensons que si les Puissances acceptent la réponse dilatoire et l'enquète, elles pourraient en conjurer les dangers en nommant une commission non seulement pour faire l'enquète proposée par la Porte, mais pour trottver les moyens de mettre fin à la situation actuelle des choses en Albanie et faire exécuter la convention de Constantinople.

Haymerle n'a pas encore répondu à la proposition du Cabinet de Londres, mais en demandant l'avis de celui de Berlin il a exprimé l'opinion de l'accepter. Il m'a ajouté que dans le cas que la conférence devait se réunir, le choix des Puissances serait Berlin. Parlant aujourd'hui à l'ambassadeur de Turquie de la réponse de la Porte, il lui a dit lui trouver caractère dilatoire; que cependant on pourrait peut etre l'étudier si la Sublime Porte s'engageait pendant l'enquete à empecher communication des insurgés avec autres populations de l'Albanie.

Il m'a dit que l'avis semblait préva'loir d'introduire dans la note proposée par le Cabinet de Londres une réponse à la dernière note turque. Ambassadeur d'Angleterre s'est exprimé ici verbalement sur proposition alternative à soumettre à la Porte à l'égard de la frontière grecque 1. Il lui a été répondu que si l'entente s'Hablit entre les Puissances et qu'elles expriment ici le désir forme! C'est ce que je viens d'apprendre au ministère des affaires etrangères. Il me revient indirectement que le Gouvernrcnent français aurait cherché à écarter le choix de Paris pour réunion de la conférence.

Granville m'a dit aujourd'hui avoir reçu la réponse de la Porte à la note collective du 3 mai. Il la considère camme un des moyens dilatoires habituels de ce Gouvernement.

Le noble lord m'a dit encore que M. J'ai demandé à ce dernier comment une fois la frontière tracée sur le papier, on l'aurait ensuite tracée et maintenue sur le terrain. Il me répondit que c'était une autre. J'ai vu également au Foreign Office M. Say qui allait partir pour Paris et lui fis la mème question qu'à Granville.

Il me répondit que la France était bien décidée à ne pas bruler une amorce pour faire donner à la Grèce la frontière qui aurait été désignée. C'était à celle-ci de la prendre et de la garder en montrant au besoin qu'elle savait se servir de ses armes. Già si contiene, nel mio carteggio telegrafico, un cenno del progetto dell'amministrazione francese di ristabilire il cavo telegrafico che in addietro esisteva tra Marsala e Biserta, e venne, parecchi anni or sono, abbandonato.

Questo progetto ha, come apparisce dal rapporto del R. Agente a Tunisi che le comunicai con dispaccio del 9 maggio corrente l , una visibile connessione con gli ostacoli che si vogliono suscitare contro la domanda nostra, testé presentata al Bey, per lo stabilimento di una comunicazione telegrafica diretta fra la Sicilia e la Tunisia.

Mentre le confermo circa questo soggetto le istruzioni che ieri sera le impartii col telegrafo 2 , le comunico oggi, per sua notizia quattro documenti relativi al progetto francese; cioè:.

Il Una lettera della H. Direzione generale dei telegrafi in data 2 novembre , da cui apparisce l'indole dell'accordo intervenuto tra la Francia e l'Italia circa il cordone Biserta-Marsala;.

Una nota da me scritta oggi stesso, al R.. Agente e Console Generale in Tunisi 3. Dalla corrispondenza ufficiale che ebbi colla S. Una noLa, che qui in copla Le accludo 1 , del Ministero delle Poste e dei Telegrafi della Repubblica, verrebbe ora ad avvalorare le informazioni di lei. Benché la cosa sia presentata sotto l'aspetto di una semplice riparazione di un cordone già posto nel , è evidente che qui si tratta invece di una nuova e totale costruzione di linea, poiché il detto cordone, interrotto e raggiustato più volte, venne dopo un ultimo tentativo di riparazione completamente abbandonato già da parecchi anni.

Le gioverà di consultare a questo riguardo la nota qui pure acclusa 1 in copia della R. Direzione dei Telegrafi in data 2 novembre Per tali considerazioni io ed il mio On. Collega dei Lavori Pubblici abbiamo, d'accordo, incaricato la R. Mentre mi riservo di portare a conoscenza della S.

Ragionando ieri incidentalmente delle cose dell'Albania con S. Truppe quella provincia turca. Gli dissi toccar quel tasto senza averne incarico di sorta, ma poterlo fare in base alla perfetta conoscenza elle ho del modo di vedere in proposito tanto del R.

Governo come di tutti gli uomini politici serii del mio paese. Rlspondendomi sullo stesso tono di amichevole conversazione ch'io aveva dato al mio linguaggio, S. Le comité de la ligue a présenté aujourd'hui aux consulats des grandes puissances une adresse en langue italienne, il proteste au nom de l'Albanie et du principe des nationalités contre la cession des deux districts albanais aux monténégrins, cession qu'on dit fondée sur l'ignorance des sentiments des populations et contraire au traité de Berlin.

Il déclare que toute l'Albanie, déterminée à repousser par les armes toute domination étrangère, rejete sur le Il invoque enfin l'intervention des grandes puissances pour empecher le malheur d'une guerre sanglante et injuste.

Le méme comité a hier au soir adressé à Gladstone un télégramme de félicitation pour son avènement au pouvoir, et il fait appel à sa protection dans la défense de l'intégrité du territoire albanais. Le consul anglais s'est chargé de transmettre le télégramme en chiffre à sa destination par la poste d'aujourd'hui. Je me suis empressé de transmettre à V.

D'après la réponse qui vient de m'étre donnée par M. Le Cabinet de Pétersbourg désirerait, dans cette éventualité que la méme conférence prit aussi en considération la nécessité d'assurer exécution du traité de Berlin pour tous les autres points, où la Sublime Porte ne donnerait pas satisfaction au voeu collectif des Puissances, conformément aux décisions qu'elles auraient prises en commun.

J'approuve votre projet d'écrire une nouvelle note pour l'affaire du télégraphe 3. Veuillez cependant ne pas oublier que notre demande, n'a en ce qui concerne le parcours terrestre et le bureau à Tunis, d'autre fondement que les rapports amicaux entre les deux Gouvernements et les assurances verbales qu'on nous avait déjà données.

Nous ne pourrions pas à l'égard de ces deux points, invoquer un titre strictement légal. Ceci n'empéche pas que notre note ne soit aussi digne et ferme que la situation le comporte.

Veuillez dire à lord Granville que la réponse ottomane à la note collective du 3 mai ne nous paraissant guére satisfaisante, nous pensons qu'il y a lieu de comprendre l'affaire du Monténégro dans la note identique et simultanée qui d'après la proposition anglaise, acceptée par toutes les Puissances doit étre présentée à la Sublime Porte. Tous les Cabinets pensent d'ailleurs, camme nous, que la réponse ottomane n'est au fond qu'un expédient dilatoire 2.

Baron de Haymerle me fait savoir: Canovas del Castillo plénipotentiaire espagnol élu président. Bureau constitué; pouvoirs présentés. Représentant Maroc annonce intention modifier quelques unes propositions Tanger.

Ayant communiqué au prince Nicolas le télégramme de V. A ce sujet, le prince prie le Gouvernement de Sa Majesté d'intercéder auprès des autres Cabinets afin de traiter la question monténégrine séparément et avant tous les autres points du traité qui restent à exécuter, car Son Altesse est convaincue qu'une différente procédure amènera des retards qui ne pourront qu'aggraver davantage la situation en Albanie, épuiser les dernières ressources du Monténégro, et elle pense qu'alors il serait peut-étre mieux tenter le sort des armes, afin de conjurer la ruine de la Principauté 3.

Hier au soir a eu lieu à la Chambre des Pairs une vive attaque, principalement de Salisbury, soutenu par Beaconsfield contre le ministère à propos.

Il résulterait du discours de ce dernier que la politique de Salisbury tendait à soumettre à l'Autriche toutes ou presque toutes les provinces du Balkan. Celle de Gladstone, au contraire, a pour but de soustraire ces memes provinces à la Russie aussi bien qu'à l'Autriche et de leur donner des institutions libres, régulières et indépendantes.

D'après ce qu'a dit Granville, il ne parait pas qu'on doive publier la lettre du comte Karoly qui a donné lieu à celle de Gladstone l que ses amis mémes trouvent trop obséquiente, mais qui a eu pourtant pour effet de dissiper du moins ostensiblement les griefs de l'Empereur d'Autriche, en meme temps que par cette mème lettre, il est pris acte de la déclaration faite par Karoly que l'Autriche ne dépasserait en Herzégovine et en Bosnie limites tracées par le traité de Saint Stefano.

La lettre Rubattino 2 avec son annexe a été publiée dans le Tirnes de ce matin. L'audience de la chancellerie sera fixée probablement pour mercredi. Ebbi occasione d'incontrare il signor de Courcel, dopo ricevuto il telegramma in data del 18 maggio 3 ove l'E.

Entrando il primo in materia, il Direttore mi disse di aver rimesso il promemoria al Ministro degli Affari Esteri il quale divide pienamente il suo. In questa seconda nostra conversazione, trovai il signor Courcel più sincero antagonista del nostro desiderio che non lo fosse nella prima, avendomi egli sostenuto che l'interpretazione francese della Convenzione del si oppone alla nostra domanda; risposi che l'articolo IX invece la giustifica pienamente, che del resto appena se ne presenterebbe l'occasione ne avrei parlato col Ministro stesso, e feci capire che il negoziato essendo ufficialmente intavolato col Bey, non domandavamo un permesso al Governo francese, ma invece l'amichevole favore di cessare la sua opposizione ai nostri desiderj.

Presi quindi la libertà di telegrafare all'E. Sebbene il Ministro per gli Affari Esteri, Signor Zankoff, abbia negato all'Agente inglese averne conoscenza alcuna, par certo che questo Governo, organizzi attivamente l'agitazione rivoluzionaria e in Macedonia e in Rumelia.

Le bande che scorrono quella provincia turca limitrofa non sarebbero se non foriere d'altre maggiori sollevazioni preparate nel Principato. Preti bulgari sarebbero venuti a prendere la parola dal Vescovo metropolitano di Sofia e tornati con gli ordini di mantener vivo il fuoco nazionale, predicare e concertare una imminente riscossa. Per ora, a dare questo segnale, aspettansi torbidi, non soltanto sperati, ma creduti certi e vicini in Costantinopoli, provocati dallo stato di dissoluzione che vi si dice esistere e dall'odio contro il Sultano.

Anche il signor Lascelles ha potuto raccogliere queste medesime notizie; e mi diceva che sono. Il Principe Alessandro affermava all'agente inglese come la quistione sia tra breve per essere ridotta a sapere s'egli dovrà recarsi a Filippopoli o Aleko Pascià a Sofia.

Se l'opportunità di tanto tentativo vorrà presentarsi o se l'azione non succederà alle preparazioni, egli è nondimeno evidente che questo Governo,. Granville à qui j'ai communiqué le contenu du télégramme de V. Goschen qui doit y étre sous peu de jours 2. L'ambassadeur d'Angleterre vient de me faire parvenir une communication ainsi conçue: Le Gouvernement de la Reine est disposé à donner son adhésion si toutes les autres Puissances en font autant, mais seulement en ce.

J'ai répondu à sir A. Paget que nous n'avons, en ce qui nous concerne, aucune difficulté à admettre la proposition qui vient de nous étre faite. Le Cabinet de Vienne nous Jait savoir que le Saint Père s'adresse aux puissances catholiques afin que celles-ci cherchent à faire sanctionner pour le Maroc par la conférence actuelle de Madrid, le principe de liberté religieuse que l'art. Nous acceptons avec empressement cette initiative Per Madrid et je vous autorise à vous joindre à toute démarche qui serait faite en ce sens dans la conférence.

Per tutti meno Madrid Des lnstructions conçues en ce sens vont etre immédiatement expédiées au représentant italien dans la conférence. Cabinet impérial accepte substitution que la France demande l pour autant que! Ayant vu hier Granville je lui ai parlé génériquement de l'opportunité de prendre l'occasion de la réunion à Madrid de la conférence marocaine pour régler la qucsti?

Lord Granville m'a dit qu'il serait disposé à accéder à cette idée, mais qu'il fallait avant tout régler la question de la protection, objet spécial de la conférence et qu'après la question religieuse pourrait étre introduite. L'Ambasciatore straordinario d'Inghilterra ebbe durante la sua fermata di due giorni in questa capitale, lunghi colloqui col Ministro Imperiale degli Affari Esteri, e fu anche ricevuto in udienza da Sua Maestà.

I giornali essendosi assai occupati del prefato personaggio in questi giorni, credetti non esser indiscreto chiedendo al Barone Haymerle quali fossero le sue impressioni in conseguenza delle conversazioni seco lui avute. Il signor Goschen avrebbe anzitutto dichiarato con molta insistenza, essere fermo volere del suo Governo di procedere in ogni questione in Oriente in pieno e completo accordo con tutte le altre Potenze sulla base del Trattato di Berlino, e di questo completo accordo, essere anzitutto necessario persuadere la Porta in maniera da togliergli ogni dubbio al riguardo.

Essendo venuto a parlare in modo più particolareggiato delle riforme a introdursi in Armenia, il Barone Haymerle, a quanto egli stesso mi disse, troncava il discorso osservando che al riguardo di tal speciale questione, il Gabinetto di Vienna non intendeva immischiarsi e desiderava anzi lasciar la mano completamente libera all'Inghilterra, siccome la sola potenza direttamente interessata.

Desiderando farmi un'idea quanto più possibile chiara dell'impressione prodotta sull'animo del Barone Haymerle dall'avvenuto scambio d'idee col diplomatico inglese, mi feci a seco lui discutere nelle linee generali le varie questioni ch'Egli dicevami avec seco lui toccato. Il risultato delle indagini in tal maniera da me fatte si fu d'ingenerarmi il convincimento che il Primo Ministro Imperiale non rimase gran che soddisfatto delle sue conversazioni col signor Goschen.

Convien del pari tener conto che se la lettera del signor Gladstone al Conte Karoly l poté far sparire la causa di una formale ostilità fra i due Governi e raggiungere lo scopo di mantenere fra di essi regolari relazioni, la cordialità di queste non sarà mai sempre dalle due parti che a fior di labbra. Un vero leale amichevole accordo dell'Austria con un Gabinetto Whig non si è stabilito fin qui, né a parer mio riuscirà a stabilirsi in seguito.

L'affaire Rubattino a été discutée hier matin à la cour de chancellerie. L'avocat de Rubattino a été antendu ainsi que le plaidoyer de l'avocat de la compagnie. La décision de la Cour sera renvoyée à jeudi prochain. On lira alors copie des télégrammes Hodges. L'impression produite par les agissements de la compagnie a été très-défavorable à cette dernière.

Je viens de parler à M. Dans la séance d'aujourd'hui, on a discuté demandes Maroc jusqu'au numéro On a introduit modifications qui, bien que pas très importantes, répondent intéréts européens. Ainsi il a été admis en principe droit d'accréditer agents consulaires dans l'intérieur de l'Empire Maroc. Prochaine séance vingt huit.

Il conflitto fra Chiesa e Stato, che ebbe principio in Prussia sino dal , fu l'origine di una situazione la quale, mentre divenne assai penosa per queste popo.

Era quindi naturale che esso prendesse l'iniziativa, od almeno si prestasse volentieri alle trattative che ebbero luogo con la Santa Sede per riuscire ad un modus vivendi, quale era stato definito in una lettera del Principe Imperiale di Germania: French Teen pee in toilet - Jeune française pisse au toilette Vic Alouqua. Baise moi comme une salope je suis ta pute! Jeune Salope baise avec son beau père qui jouie son sperme dans sa chatte.

French teen make a squirt - Jeune francaise et femme fontaine - Vic Alouqua. Plan filles - 2 salopes francaises se ramonent le cul avec des sextoys. Please login o register to add a video to collections. Some errors occurred, please try again later Add to collection Salva Please enter a collection name. Login or sign up to add videos to your collections.

Not a YouPorn member yet?

echangiste amateur escort girl soumise

: Echangiste amateur escort girl soumise

Site x gratuit escort girl black Pormo escort barcelona
FILM EROTIQUE AMATEUR ESCORT A MACON Video porn gratuit escort marignane
Porno de escort la grande motte Gros seins video escort girl serris
Film porno francais streaming escort sexemodel 294

Conviendrait-U au Chancelier de nous induire à opérer une diversion à nos risques et péri1s? Peut-etre que 18 conversation du Prince de Hohenlohe n'avait qu'un caractère académique. Quoi qu'il en soit, la plus g. Je ne m'explique pas trop d'ailleurs l'intéret que nous aurions à mettre le doigt dans un véritable guepier,.

Ce n'est pas en Albanie, qu'il nous conviendrait de chercher une extension de territoire, en nous écartant du principe des nationalités. Si ce peuple parvient à se constituer, à faire prévaloir ses aspirations, on le retrouvera les armes à la main lorsqu'il s'agira de rectifier les frontières de la Grèce.

Alors le moment viendra peut-è. Une autre politique dans ces régions me semblerait aventureuse, sans avantage réel, et nous exposerait à ne jouer que le jeu de telle ou telle autre puissance. Ho l'onore di trasmettere qui acclusa all'E. Con questa lettera, ch'è stata presentata al Parlamento, il Primo Lord della Tesoreria porge spiegazione di talune espressioni da lut usate nei suoi discorsi elettorali a Midlothian contro la politica estera dell'Impero AustroUngarico.

Tale documento ha svegliato l'attenzione dell'opinione pubblica ed è quest'oggi commentato in vari modi dalla stampa, principalmente dai giornali dell'opposizione che lo giudicano con severità.

I forward to your Excellency, by Mr. Gladstone's request, a copy of a letter written in consequence of previous oral and written communications with Count Karolyi. I thank your Excellency for your letter, which, uniting frankness with kdndness, renders my task an easy one. At the moment when I accepted from the Queen the duty of forming an Administration, I forthwith resolved that I would not, as a Minister, either repeat, or even defend in argument, polemica!

Two points have been raised by your Excellency. I will dispose of the first by expressing my regret that I should even have seemed to impute to His Imperia! Majesty language which he did not use. Your Excellency says that His Imperia! Permit me to say I have no such dispositions towards any country whatever, and that I at all times have particularly and heartily wished well to Austria in the performance of the arduous task of consolidating the Empire.

I feel a cordial respect for the efforts of the Emperor, and I trust that their complete success may honourably and nobly mark his reign. With respect to my animadversions on the foreign policy of Austria in times when it was active beyond the borders, I will not conceal from your Excellency that grave apprehensions had been excited in my mind lest Austria should play a part in the Balkan Peninsula hostile to the freedom of the emancipated populations, and to the reasonable and warranted hopes of the subjects of the Sultan.

These appreliensions were founded, it is true, upon secondary evidence, but it was not the evidence of hostile witnesses, and it was the best at my command. Your Excellency is now good enough to assure me that your Government has no desire whatever to extend or add to the rights it has acquired under the Treaty of Berlin, and that any such extension would be actually prejudicial to Austria-Hungary.

Permit me "'t once to state to your Excellency that, had I been in possession of such an assurance as I have now been able to receive, I never would have uttered any one of the words which your Excellency justly describes as of a painful and wounding character. Whether it was my misfortune or my fault that I was not so supplied I will not now attempt to determine, but will at once express my serious concern that I should, in default of it, have been led to refer to transactions of an earlier period, or to use terms of censure which I can now wholly banish from my mind.

I have only to thank your Excellency alike for the matter and the manner both of your oral and of your written communications. Le sono particolarmente grato, signor Ministro, per l'approvazione che con tanta lealtà e cortesia di forma anche le piacque impartirmi pel mio operato in quella spinosa vertenza.

Per conto mio non dubito che da parte del Gabinetto di Vienna non se ne riparlerà più. L'assicurare questo risultato, era precisamente lo scopo ch'io mi proponevo nell'insistere presso il Barone di Haymerle onde mi desse un documento che, constatando il ritiro dell'ordine di sfratto, ponesse pure in sodo ch'esso era stato emanato incond1zionalmente.

QueHa comunicazione mi fu fatta in verità sotto forma di lettera particolare, ma a mia precisa richiesta, senza che io assumessi impegni sull'uso che farei di quel documento. Sul pDincipio di questo maggio il Ministro a: L'Agente austriaco insisté dicendo che il Governo di Vienna teneva assaissimo alla permuta e che certamente gli avrebbe dato ordine di ritornare sull'argomento.

Le comte Dubsky reçoit instructdons de se mettre d'accord avec ses collègues pour engager la Sublime Porte à se servir des troupes qui vont etre débarquées en Albanie pour intercepter toute communication avec les bandes albanaises et empecher ainsi qué celles-ci ne reçoivent encore des renforts et des nouvelles ressources. Si le comte Dubsky vous en fait la demande et si tous les autres représentants sont d'accord, vous etes autorisé à vous joindre à la recommandation que le Cabinet de Vienne suggère de faire à la Porte 2.

La compagnie a demandé du. En attendant il faudrait obtenir par l'entremise du tribuna! Il parait que la réponse du prince a été telle que la rapporte Durando. Demain soir probablement arrivera à Rome la proposition annoncée dans mon télégramme d'hier l pour réunir e n conférence à Berlin ou à Paris I es ambassadeurs des Puissances pour régler le différend greco-turc dans le cas où la Porte ne se conformerait immédiatement au projet déjà élaboré à ce sujet.

Chaque ambassadeur devra etre accompagné d'un délégué technique. J'ai fait connaitre à Granville le télégramme de V. Il me charge de remercier V. J'ai remis à Granville mon mémorandum sur Assab. Après Iui avoir exposé l'état de la question, il m'a promis d'examiner attentivement cette affaire à la quelle il ne me parait pas de prime abord vouloir donner, au point de vue anglais, l'importance que le prècédent Ministère semblait lui attacher.

A dir il vero non è intieramente estranea al pensier mio l'idea, che l'Austria abbia avuto non lieve parte nel far andar a vuoto l'accordo turcomontenegrino, e nel creare l'attuale situazione in Albania. L'aZJione spiegatadall'Italia in quei negoziati, non convien dissimularselo, spiacque vivamente a Vienna, a malgrado si abbia voluto far credere che il Gabinetto imperiale assecondava quella nostra conciliante intromissione.

Credo quindi abbiasi ad accogliere con molta riserva le informazioni tutte che non provengono da veramente provate e spassionate fonti. Infatti alcuni giorni fa il barone Haymerle parlandomi degli affari d'Albania, chiedevami se sapevo cosa ne scrivesse il signor Zerboni, e tosto soggiungevami: In quelle parole eravi un'insinuazione troppo chiara perché non l'afferrassi, evidentemente mi si voleva far capire che al Gabinetto di Vienna risultava che il R.

Console a Scutal'ii spiegava un'azione contraria a quella che mi si dimostrava desiderio io gl'inculcassi di seguire. Governo, emergerebbe che sarebbero gli agenti austriaci quelli che in Albania soffierebbero nel fuoco.

Io non dubito che il R. Governo non ha nessuna intenzione di quel genere, poiché un nostro intervento militare in Albania potrebbe condurci a complicazioni gravissime, ed anzi tutto ad una aperta rottura coll'Austria, certo non desiderabile nell'attuale situazione euro.

Più che mai parmi infatti che per quanto ha tratto all'Albania dobbiamo in modo asso1uto propugnare il non intervento e non esitar anche a dichiararci a priori contrari ad esso, ogni qualvolta saremo chiamati a discutere i mezzi atti ad assicurare.

Lord Lyons a été pour quelques jours à Londres et était attendu hier, porteur d'explications relatives à la proposition dont traite télégramme de V. Cabinet français est extrémement sobre d'appréciations; il a été informé par le chargé d'affaires d'Angleterre des bonnes dispositions du Gouvernement de Sa Majesté.

L'ayant su, j'ai parlé à M. Ministre des affaires étrangères pa,rait de l'av. Relativement à la dépèche politique n. Le accuso ricevuta dei suoi pregiati rapporti di questa serie, che mi pervennero regolarmente fino al n.

Governo dell'andamento della guerra e degli intendimenti del Gabinetto di Santiago. Col telegramma del 3 maggio l io invitava la S. Mi auguro che le formali rimostranze delle principali potenze marittime europee riescano ad indurre a miglior,i consigli il Governo chileno sul quale pesa una ben grave responsabilità per la patente violazione dei più elementari princLpii del diritto internazionale. È necessar,io che il Gabinetto di Santiago sia ben persuaso che gli enormi danni causati, per fatto delle sue truppe, alle coionie straniere residenti al Perù, che formano la gran maggioranza della classe abbiente, dovranno pure essere -indennizzati dal Tesoro chileno e che continuando una guerra di distruzione, più che al nemico egli ,recherebbe danno ai suoi propri interessi.

La lettera di Mr. Gladstone al Conte Karoly 2 , che la Wiener Zeitung edizione della sera pubblicava anch'essa ieri, ha prodotto sull'opinione pubblica in Austria-Ungheria, come di leggeri si comprende, una impressione di soddisfazione grandissima. Quella solenne ritrattazione del Primo Ministro Britannico, è ,infatti uno di quegli atti di sottomissione, di cui la storia conta forse pochi precedenti, e che quindi è ben fatto per sol'leticare l'orgoglio degli Austro-Ungheresi.

A mio avviso si avrebbe torto a dare soverchio peso alle dichiarazioni formolate in quelle due lettere. Le assicurazioni date da'l Conte Karoly, ancorché Egli abbia avuto preciso ordine d'esprimersi in tal senso locché è ragionevole credere, nulla possono mutare alle tendenze della politica austriaca il di cui ulteriore svolgimento dipenderà unicamente dalle circostanze.

Le dichiarazioni del signor Gladstone poi hanno quel valore solo che ad ognuno piacerà dargli, tenendo conto del modo col quale ebbe ad esprimersi quell'eminente. Ripeto che questo mio desiderio è vivissimo; benché sia desiderio solamente mio particolare. Si la dernière proposition autrichienne l avait chance de succès, je pense que pour en obtenir quelque résultat, il faudrait faire accepter en méme temps qu'une commission européenne soit envoyée à Scutari et de là sur les lieux, afin de veiller que les troupes interceptent réellement les communications aux bandes albanaises et leur empéchent de se renforcer et se ravitailler.

Différemment pourraient se renouveler les faits de Goussinjé, c'està-dire que la résistance ne fut vraiment sérieuse que lorsque la Sublime Porte envoya en novembre passé ses troupes près des frontières de ce district sous le prétexte d'assurer le meme but auquel proposition autrichienne parait viser. La commission que je propose pourrait étre formée des délégués de l'actuelle commission de délimitation qui sont à présent ici sans occupation. Le baron Haymerle a fait prier Granville de vouloir bien exprimer ses vues à cet égard.

Quant à nous j'ai dit au comte Wimpffen qui me communiquait ce qui précède que nous n'avions pas d'objections contre le modus procedendi suggéré par son Gouvernement. Dans une réunion des représentants des cinq puissances intéressées on a convenu aujourd'hui d'adresser lundi dix sept courant au ministre des affaires étrangères une note identique rédigée en confo.

Il me revient de très bonne source que notre démarche ne sera pas agréée, au moins tout d'abord 1. Leurs Majestés voyageant en strict incognito, partiront jeudi prochain, Athènes, Corfou samedi, de là se dirigeant vers l'Italie. On parle dans les cercles bien informés d'une proposition anglaise de réunir pour le quinze juin une conférence, dans une capitale d'Europe, de représentants des grandes puissances à l'effet de faire une détermination préliminaire sur la carte de la nouvelle frontière turcogrecque.

Le Cabinet de Berlin répond aujourd'hui à Londres qu'il trouve acceptables les trois points proposés dans la circulaire anglaise comme devant former l'objet d'une note à Constantinuple. Il espère que les autres Cabinets seront du meme avis, auquel cas le Cabinet de Berlin s'associera à une démarche commune. Le Cabinet de Berlin autorise aujourd'hui l'ambassadeur à Constantinople à appuyer auprès de ses collègues proposition autrichienne concernant emploi des troupes turques en Albanie.

Allemagne est prete à s'associer à la recommandation à fai: J'ai insistè aujourd'hui pour obtenir réponse à la note collective, et je me suis associé à la demande faite par l'ambassade d'Autriche dans le sens du télégramme de V. Le chargé d'affaires de Russie a cru devoir attendre instructions de Saint Pétersbourg. Le premier ministre m'a fait savoir que sous peu on recevrait une note collective et qu'on avait tardé pour pouvoir se mettre à méme de satisfai: En attendant, ordre formel avait été donné à Scutari et à Muktar pacha d'empecher communication avec les insurgés.

Rubattino adresse à l'éditeur du Times, en réponse à celle des solicitors de la compagnie, que ce journal vient de publier. Rubattino reproduisant en bas de sa lettre le texte de celle que M. Hodges lui a écrite le 12 mars dernier et contenant l'engagement forme! Santillana devrait, pour gagner du temps, préparer la copie de cette pièce dont il a emporté l'originai avec les autres à Londres.

A conferma del mio telegramma del 12 corrente n. Nella parte storica aggiunsi alcuni fatti nei quali ebbi qualche parte, affine di dimostrare che l'Italia pensava ad uno stabilimento sulle coste del Mar Rosso, in vista dell'apertura del canale di Suez, assai prima che, in Inghilterra, si avesse piena fiducia in quella impresa.

Accennai semplicemente di volo che l'Inghilterra aveva, non ha guad, a nostra insaputa, esteso sopra Assab la giurisdizione del suo console a Gedda, ma credei ad un tempo necessario di protestare contro il recente procedere del Governo d'Egitto, che, mentre reclama il diritto di sovranità sopra Assab, crea la carica di governatore della costa occidentale del Mar Rosso, come se tale diritto fosse incontestabile. Rilevai con insistenza l'opinione più volte emessa dagli agenti inglesi, ed accolta dal Governo stesso della Regina, cioè che la sovranità della Porta, e meno ancora quella dell'Egitto, non si era mai effettivamente estesa, in passato, al di là dell'isola di Massaua.

L'ho pregato inoltre perché si valga della sua influenza sul Governo egiziano per indurlo a prescindere intanto. Per tutti V o ici résumé de la réponse de la Sublime Porte à la note collective du 3 mai: Facendo seguito al mio dispaccio di ieri n.

Giacomo non credeva necessario di comunicare alle Potenze iiJ. Secondo il giudizio del Governo russo, le Potenze dovrebbero pure stabilire fra loro preventivamente in che modo esse avranno ad esercitare la loro ulteriore azione, laddove la Sublime Porta non volesse o non potesse soddisfare alla domanda collettiva dei varii Gabinetti. Mi pervenne regolarmente il pregiato dispaccio n. Mi recai quindi al Ministero ave nell'assenza del signor Freycinet trovai il signor de Courcel, ed esposi i fatti; ma egli finse di non essere al corrente della cosa, di non ben capire di che si trattasse, di averne vagamente sentito a parlare dal suo collega alla Direzione commerciale e dal signor Cochery etc.

Onde meglio farmi comprendere pregai i'l Barone di leggere la memoria che la E. L'esercizio francese degli uffizj telegrafici della Reggenza è provvisoriamente affidato all'Amministrazione francese. Immaginate dunque che l'Italia avesse per motivi finanziarj ceduto l'esercizio dei suoi telegrafi ad una Società, questa certo si opporrebbe a che altri intraprenditori le facciano concorrenza ecc.

Osservai pure che quei telegrafi non sono francesi ma tunisini che la cessione dell'esercizio non si applicava ai cavi da stabilirsi nell'avvenire ecc. Il signor de Courcel sostiene invece che durante l'esercizio ferroviario tutti telegrafi presenti e futuri sono essenzialmente ed esclusivamente franco-tunisini. Sarebbe veramente superfluo di ripetere qui le vane obbiezioni che m'oppose il Direttore politico. Io ebbi cura di basare il mio linguaggio sul dispaccio dell'E.

Ma non ottenni dal mio interiocutore neppure una parola che mi permettesse di sperare un esito favorevole della discussione. Capii solo che se si trattasse di riunire l'Italia alla Tunisia mediante un cavo che andrebbe a far capo all'ufficio francese già stabilito, il signor Roustan riceverebbe istruzioni di cessare l'opposizione ai nostri progetti ma in quel caso il Gabinetto francese pretenderebbe perfino di averci fatta una concessione col rinunciare al suo progetto di ristabilire il cavo tra Biserta e Marsala!

Ora siccome nella sovr'accennata memoria l'E. La proposition turque d'enquéte 2 sera à peine prise au sérieux. On la considère camme un moyen dilatoire.

Le Cabinet français ne prendra aucune initiative et s'empressera d'autant moins d'y répondre que la question du Monténégro sera traitée dans la note identique proposée par l'Angleterre. Peu importe au Cabinet de Berlin que la note identique et simultanée proposée par l'Angleterre soit concertée entre les Gouvernements ou entre leurs représentants à Constantinople. Il se ralliera à l'avis qui prévaudra chez les Puissances. Le résumé de la réponse turque à la note collective pour le Monténégro a été communiqué ici hier.

On ne saurait la prendre au sérieux. Le remplaçant du prince Hohenlohe, absent pour quelques jours, n'a pas encore pris les ordres du prince de Bismarck, mais il laisse entendre qu'on pourrait la considérer comme non avenue, puisque les Puissances sont en train de se concerter sur une démarche à faire en commun auprès de la Sublime Porte, en suite de l'invitation du Cabinet anglais.

Interrogé sur l'accueil fait par le Gouvernement russe à la réponse de la Sublime Porte à la note du trois mai, M. Le Gouvernement britannique nous demande si nous consentons à comprendre cette proposition alternative dans la demande collective qu'il a proposée. Je me suis réservé de répondre à la communication de sir A. Il est assez singulier qu'on ignare à Paris l'opposition que M. Roustan a faite à notre démarche concernant le té! C'est le Bey lui méme qui a fait connaitre cette opposition à M.

La convention que M. Mais du moment où le Bey ne fait pas de difficultés, nous ne voyons pas pourquoi ni comment celles-ci pourraient étre soulevées par une tierce puissance, par la France surtout qui exploite à Tunis, à titre provisoire il est vrai, le réseau télégraphique tout entier.

Entre la France et nous la question est bien simple. Y a-t-il, dans les engagements existants entre la Tunisie et la France, une clause quelconque autorisant celle-ci à s'opposer à notre demande? Notre mémoire prouve que non. Nous ne saurions donc admettre que le Gouvernement français, dont les sentiments amicaux à notre égard nous sont connus, veuille persister dans une attitude que rien ne peut justifier.

Je vous prie de faire en ce sens les plus pressantes démarches mercredi prochain auprès de M. Mais si ce dernier ne faisait pas mine de se rendre à nos observations, je vous prie de ne pas pousser les choses jusqu'à une conclusion, car je me propose de faire ancore jouer d'autres influences officieuses auprès du Cabinet français. J'aurai prochainement à vous écrire sur le projet français d'établir entre Biserte et Marsala un nouveau cable au lieu de celui qui a dù étre abandonné depuis plusieurs années.

Re,cevant, par votre télégramme du 25 avril dernier 2 , l'avis que, sous la date du meme jour, une note venait de vous etre adressée par le ministre des affaires étrangères de Son Altesse au sujet de l'affaire d'Assab, je me suis empressé de vous répondre que notre intention était de prendre le contenu de cette pièce dans la plus sérieuse considération 3.

Rien n'est, en effet, plus loin de notre pensée que de nous départir, en cette conjoncture, de cet esprit amicai et de haute équité qui a toujours présidé à nos rapports avec le viceroyaume.

Moustapha Fehmi pacha, je dois franchement le déclarer, ne me parait pas avoir rappelé avec une parfaite exactitude les précédents de la question. La compagnie Rubattino aurait acheté, en , un terrain, dans la baie d'Assab, à quelques nomades n'y ayant aucun droit de propriété quelconque. Le Gouvernement égyptien aurait, à son tour, notifié au Gouvernement italien la nullité de cette cession. Le Gouvernement italien se serait, enfin, borné à formuler des réserves en prévision de I'installation, à Assab, d'une station commerciale.

Ce n'est pas ainsi, vous le savez, M. Rubattino a operé, il est vrai, pour son propre compte, soit en , soit encore tout dernièrement, les acquisitions territoriales formant l'établissement actuel d'Assab. Mais le Gouvernement égyptien, qui affirme aujourd'hui, camme il l'a affirmé en , que les vendeurs n'étaient que des pecheurs nomades, n'ayant, sur la cote, ni sur les iles de la baie d'Assab, aucun droit de souveraineté, ni meme aucun droit de simple propriété, n'a jamais été en mesure d'alléguer une preuve quelconque à l'appui de son affirmation.

Rubattino, les officiers de la marine royale qui ont visité ces parages, des voyageurs ayant une renommée européenne, MM. Ce ne sont, dane, pas des réserves en vue d'un projet de station commerciale que le Gouvernement du Roi a énoncées en Nos réserves, formulées dans la note du 26 juin , concernaient les dommages effectifs qui auraient pu résulter, pour,la société Rubattino, d es faits de violence commis par l'équipage du "Kartum ".

Mais mon prédécesseur, M. Visconti Venosta, a eu soin d'ajouter, dans sa note, qu'il n'entendait point, en se préoccupant avant tout du désagréable incident qui venait de se produire, porter préjudice aux questions concernant les droits de souveraineté et de propriété invoqués par l'Egypte.

Rubattino n'ayant pas cru de son intéret de donner une suite immédiate aux projets se rattachant, pour lui, à I'achat de la baie d'Assab. Ainsi que j'ai eu l'occasion de le dire, il y a quelques semaines, dans notre Chambre des députés, la question se présente encore, en droit, avec la plus grande clarté; et c'est précisément pour cela qu'il nous convient d'apporter, dans l'examen que nous sommes tout prets à en faire de concert avec le Gouvernement égyptien, une entière franchise.

Les pièces que je vous ai successivement fournies, l'aide-mémoire, notamment, que je vous ai transmis par une dépeche du 23 avril dernier 1 , et dont je joins ici une autre copie, afin que vous puissiez la communiquer au Gouvernement égyptien, établissent, d'après nous, d'une manière irrécusable, que, ni la SubUme Porte, ni l'Egyrpte n'ont jamais exercé, au moins depuis plusieurs siècles, des droits de propriété ou de souveraineté quelconques sur le territoire dont il s'agit.

En un mot, nous devons, jusqu'à preuve du contraire penser que les sultans indigènes, avec lesquels M. Tout le reste n'est qu'une conséquence juridique des événements. Rubattino est devenu, par le fait de l'achat, le propriétaire du territoire. Mais elle nous crée, envers nous mémes, et envers la représentation nationale, Ies obligations inhérentes à tout exercice de souveraineté, et que nous ne saurions enfreindre sans encourir la plus grave des responsabilités.

La question étant ainsi posée dans ses véritables termes, nous n'avons nullement la prétention de la considérer comme étant définitivement résolue par le seui fait de notre conviction. Nous reconnaissons, au contraire, qu'il y a lieu,.

Nous renouvelons mème, au Gouvernement de Son Altesse, la prière de vouloir bien nous soumettre ce qui n'a pas été fait jusqu'ici toute pièce de nature à fournir une base juridique à ses prétentions. Mais ce que nous demandons, ce que nous nous croyons fondés à demander, c'est que, notre point de vue étant bien entendu formellement réservé, on s'abstienne de compliquer la situation de droit par des actes qui troubleraient le statu qua actuel de possession.

Un centre de civilisation et d'activité s'étant désormais formé à Assab, le Gouvernement du Roi pourra ainsi s'acquitter, sans préjudice de la question de droit, de la tàche de protection qui lui incombe, et qui ne cesserait pas de lui incomber, vis-à-vis de ses nationaux intéressés dans l'entre: Je vous prie, M.

Coll'altro dispaccio in data d'oggi 3 rispondo, in termini officiali, alla nota che, circa l'affare di Assab, Le fu diretta il 25 aprile scorso da codesto signor ministro degli affari esteri, e che la S. È cosa incontrastabile che ad Assab, dove nulla esisteva che accennasse a convivenza socia'le o ad attività economica, è sorto ora un centro civile, che potrà acquistare uno sviluppo sempre maggiore. Governo e il Governo vicereale nelle forme consuete tra Potenze amiche, nulla sopravvenga che possa turbare la condizione attuale delle cose.

Qusto era l'obbiettivo dell'avvertenza che, per istruzione del R. Mustafà Fehmi, rispondendo con la nota del 4 maggio, dichiara che il Governo vice-reale si vuole riservare piena libertà d'azione circa l'oppor tunità delle misure atte alla salvaguardia dei suoi diritti.

Non vorremo certo oppugnare tale dichiarazione, che non è punto in contrasto con l'amichevole osservazione da lei enunciata in nostro nome. E neppure è il caso che, su questo terreno, Ella continui una discussione che sarebbe senza pratica utilità. Ma, presentandosi l'opportunità, Ella vorrà esprimere a S. Prince Nicolas de Monténégro croit que la proposition faite par la Sublime Porte en réponse à 'la note trois du courant est: Elle a pour but d'épuiser le Monténégro, faire constater par l'Europe la soi-disant impossibilité de la Porte à exécuter le mémorandum, le supprimer avec le concours européen, comme elle fit pour la dispositlon du traité de Berlin concernant Goussinjé; enfin rompre l'accord européen, provoquer d'éternelles dissensions et se libérer de sa responsabilité.

En transmettant ces appréhensions de Son Altesse, les agents diplomatiques de Russie, de France et moi pensons que si les Puissances acceptent la réponse dilatoire et l'enquète, elles pourraient en conjurer les dangers en nommant une commission non seulement pour faire l'enquète proposée par la Porte, mais pour trottver les moyens de mettre fin à la situation actuelle des choses en Albanie et faire exécuter la convention de Constantinople.

Haymerle n'a pas encore répondu à la proposition du Cabinet de Londres, mais en demandant l'avis de celui de Berlin il a exprimé l'opinion de l'accepter. Il m'a ajouté que dans le cas que la conférence devait se réunir, le choix des Puissances serait Berlin.

Parlant aujourd'hui à l'ambassadeur de Turquie de la réponse de la Porte, il lui a dit lui trouver caractère dilatoire; que cependant on pourrait peut etre l'étudier si la Sublime Porte s'engageait pendant l'enquete à empecher communication des insurgés avec autres populations de l'Albanie.

Il m'a dit que l'avis semblait préva'loir d'introduire dans la note proposée par le Cabinet de Londres une réponse à la dernière note turque. Ambassadeur d'Angleterre s'est exprimé ici verbalement sur proposition alternative à soumettre à la Porte à l'égard de la frontière grecque 1. Il lui a été répondu que si l'entente s'Hablit entre les Puissances et qu'elles expriment ici le désir forme!

C'est ce que je viens d'apprendre au ministère des affaires etrangères. Il me revient indirectement que le Gouvernrcnent français aurait cherché à écarter le choix de Paris pour réunion de la conférence. Granville m'a dit aujourd'hui avoir reçu la réponse de la Porte à la note collective du 3 mai. Il la considère camme un des moyens dilatoires habituels de ce Gouvernement.

Le noble lord m'a dit encore que M. J'ai demandé à ce dernier comment une fois la frontière tracée sur le papier, on l'aurait ensuite tracée et maintenue sur le terrain.

Il me répondit que c'était une autre. J'ai vu également au Foreign Office M. Say qui allait partir pour Paris et lui fis la mème question qu'à Granville. Il me répondit que la France était bien décidée à ne pas bruler une amorce pour faire donner à la Grèce la frontière qui aurait été désignée. C'était à celle-ci de la prendre et de la garder en montrant au besoin qu'elle savait se servir de ses armes. Già si contiene, nel mio carteggio telegrafico, un cenno del progetto dell'amministrazione francese di ristabilire il cavo telegrafico che in addietro esisteva tra Marsala e Biserta, e venne, parecchi anni or sono, abbandonato.

Questo progetto ha, come apparisce dal rapporto del R. Agente a Tunisi che le comunicai con dispaccio del 9 maggio corrente l , una visibile connessione con gli ostacoli che si vogliono suscitare contro la domanda nostra, testé presentata al Bey, per lo stabilimento di una comunicazione telegrafica diretta fra la Sicilia e la Tunisia.

Mentre le confermo circa questo soggetto le istruzioni che ieri sera le impartii col telegrafo 2 , le comunico oggi, per sua notizia quattro documenti relativi al progetto francese; cioè:.

Il Una lettera della H. Direzione generale dei telegrafi in data 2 novembre , da cui apparisce l'indole dell'accordo intervenuto tra la Francia e l'Italia circa il cordone Biserta-Marsala;.

Una nota da me scritta oggi stesso, al R.. Agente e Console Generale in Tunisi 3. Dalla corrispondenza ufficiale che ebbi colla S. Una noLa, che qui in copla Le accludo 1 , del Ministero delle Poste e dei Telegrafi della Repubblica, verrebbe ora ad avvalorare le informazioni di lei. Benché la cosa sia presentata sotto l'aspetto di una semplice riparazione di un cordone già posto nel , è evidente che qui si tratta invece di una nuova e totale costruzione di linea, poiché il detto cordone, interrotto e raggiustato più volte, venne dopo un ultimo tentativo di riparazione completamente abbandonato già da parecchi anni.

Le gioverà di consultare a questo riguardo la nota qui pure acclusa 1 in copia della R. Direzione dei Telegrafi in data 2 novembre Per tali considerazioni io ed il mio On. Collega dei Lavori Pubblici abbiamo, d'accordo, incaricato la R. Mentre mi riservo di portare a conoscenza della S. Ragionando ieri incidentalmente delle cose dell'Albania con S.

Truppe quella provincia turca. Gli dissi toccar quel tasto senza averne incarico di sorta, ma poterlo fare in base alla perfetta conoscenza elle ho del modo di vedere in proposito tanto del R. Governo come di tutti gli uomini politici serii del mio paese.

Rlspondendomi sullo stesso tono di amichevole conversazione ch'io aveva dato al mio linguaggio, S. Le comité de la ligue a présenté aujourd'hui aux consulats des grandes puissances une adresse en langue italienne, il proteste au nom de l'Albanie et du principe des nationalités contre la cession des deux districts albanais aux monténégrins, cession qu'on dit fondée sur l'ignorance des sentiments des populations et contraire au traité de Berlin.

Il déclare que toute l'Albanie, déterminée à repousser par les armes toute domination étrangère, rejete sur le Il invoque enfin l'intervention des grandes puissances pour empecher le malheur d'une guerre sanglante et injuste. Le méme comité a hier au soir adressé à Gladstone un télégramme de félicitation pour son avènement au pouvoir, et il fait appel à sa protection dans la défense de l'intégrité du territoire albanais. Le consul anglais s'est chargé de transmettre le télégramme en chiffre à sa destination par la poste d'aujourd'hui.

Je me suis empressé de transmettre à V. D'après la réponse qui vient de m'étre donnée par M. Le Cabinet de Pétersbourg désirerait, dans cette éventualité que la méme conférence prit aussi en considération la nécessité d'assurer exécution du traité de Berlin pour tous les autres points, où la Sublime Porte ne donnerait pas satisfaction au voeu collectif des Puissances, conformément aux décisions qu'elles auraient prises en commun.

J'approuve votre projet d'écrire une nouvelle note pour l'affaire du télégraphe 3. Veuillez cependant ne pas oublier que notre demande, n'a en ce qui concerne le parcours terrestre et le bureau à Tunis, d'autre fondement que les rapports amicaux entre les deux Gouvernements et les assurances verbales qu'on nous avait déjà données. Nous ne pourrions pas à l'égard de ces deux points, invoquer un titre strictement légal.

Ceci n'empéche pas que notre note ne soit aussi digne et ferme que la situation le comporte. Veuillez dire à lord Granville que la réponse ottomane à la note collective du 3 mai ne nous paraissant guére satisfaisante, nous pensons qu'il y a lieu de comprendre l'affaire du Monténégro dans la note identique et simultanée qui d'après la proposition anglaise, acceptée par toutes les Puissances doit étre présentée à la Sublime Porte.

Tous les Cabinets pensent d'ailleurs, camme nous, que la réponse ottomane n'est au fond qu'un expédient dilatoire 2. Baron de Haymerle me fait savoir: Canovas del Castillo plénipotentiaire espagnol élu président. Bureau constitué; pouvoirs présentés. Représentant Maroc annonce intention modifier quelques unes propositions Tanger.

Ayant communiqué au prince Nicolas le télégramme de V. A ce sujet, le prince prie le Gouvernement de Sa Majesté d'intercéder auprès des autres Cabinets afin de traiter la question monténégrine séparément et avant tous les autres points du traité qui restent à exécuter, car Son Altesse est convaincue qu'une différente procédure amènera des retards qui ne pourront qu'aggraver davantage la situation en Albanie, épuiser les dernières ressources du Monténégro, et elle pense qu'alors il serait peut-étre mieux tenter le sort des armes, afin de conjurer la ruine de la Principauté 3.

Hier au soir a eu lieu à la Chambre des Pairs une vive attaque, principalement de Salisbury, soutenu par Beaconsfield contre le ministère à propos. Il résulterait du discours de ce dernier que la politique de Salisbury tendait à soumettre à l'Autriche toutes ou presque toutes les provinces du Balkan. Celle de Gladstone, au contraire, a pour but de soustraire ces memes provinces à la Russie aussi bien qu'à l'Autriche et de leur donner des institutions libres, régulières et indépendantes.

D'après ce qu'a dit Granville, il ne parait pas qu'on doive publier la lettre du comte Karoly qui a donné lieu à celle de Gladstone l que ses amis mémes trouvent trop obséquiente, mais qui a eu pourtant pour effet de dissiper du moins ostensiblement les griefs de l'Empereur d'Autriche, en meme temps que par cette mème lettre, il est pris acte de la déclaration faite par Karoly que l'Autriche ne dépasserait en Herzégovine et en Bosnie limites tracées par le traité de Saint Stefano.

La lettre Rubattino 2 avec son annexe a été publiée dans le Tirnes de ce matin. L'audience de la chancellerie sera fixée probablement pour mercredi. Ebbi occasione d'incontrare il signor de Courcel, dopo ricevuto il telegramma in data del 18 maggio 3 ove l'E.

Entrando il primo in materia, il Direttore mi disse di aver rimesso il promemoria al Ministro degli Affari Esteri il quale divide pienamente il suo. In questa seconda nostra conversazione, trovai il signor Courcel più sincero antagonista del nostro desiderio che non lo fosse nella prima, avendomi egli sostenuto che l'interpretazione francese della Convenzione del si oppone alla nostra domanda; risposi che l'articolo IX invece la giustifica pienamente, che del resto appena se ne presenterebbe l'occasione ne avrei parlato col Ministro stesso, e feci capire che il negoziato essendo ufficialmente intavolato col Bey, non domandavamo un permesso al Governo francese, ma invece l'amichevole favore di cessare la sua opposizione ai nostri desiderj.

Presi quindi la libertà di telegrafare all'E. Sebbene il Ministro per gli Affari Esteri, Signor Zankoff, abbia negato all'Agente inglese averne conoscenza alcuna, par certo che questo Governo, organizzi attivamente l'agitazione rivoluzionaria e in Macedonia e in Rumelia. Le bande che scorrono quella provincia turca limitrofa non sarebbero se non foriere d'altre maggiori sollevazioni preparate nel Principato.

Preti bulgari sarebbero venuti a prendere la parola dal Vescovo metropolitano di Sofia e tornati con gli ordini di mantener vivo il fuoco nazionale, predicare e concertare una imminente riscossa.

Per ora, a dare questo segnale, aspettansi torbidi, non soltanto sperati, ma creduti certi e vicini in Costantinopoli, provocati dallo stato di dissoluzione che vi si dice esistere e dall'odio contro il Sultano.

Anche il signor Lascelles ha potuto raccogliere queste medesime notizie; e mi diceva che sono. Il Principe Alessandro affermava all'agente inglese come la quistione sia tra breve per essere ridotta a sapere s'egli dovrà recarsi a Filippopoli o Aleko Pascià a Sofia.

Se l'opportunità di tanto tentativo vorrà presentarsi o se l'azione non succederà alle preparazioni, egli è nondimeno evidente che questo Governo,. Granville à qui j'ai communiqué le contenu du télégramme de V. Goschen qui doit y étre sous peu de jours 2. L'ambassadeur d'Angleterre vient de me faire parvenir une communication ainsi conçue: Le Gouvernement de la Reine est disposé à donner son adhésion si toutes les autres Puissances en font autant, mais seulement en ce.

J'ai répondu à sir A. Paget que nous n'avons, en ce qui nous concerne, aucune difficulté à admettre la proposition qui vient de nous étre faite. Le Cabinet de Vienne nous Jait savoir que le Saint Père s'adresse aux puissances catholiques afin que celles-ci cherchent à faire sanctionner pour le Maroc par la conférence actuelle de Madrid, le principe de liberté religieuse que l'art.

Nous acceptons avec empressement cette initiative Per Madrid et je vous autorise à vous joindre à toute démarche qui serait faite en ce sens dans la conférence. Per tutti meno Madrid Des lnstructions conçues en ce sens vont etre immédiatement expédiées au représentant italien dans la conférence. Cabinet impérial accepte substitution que la France demande l pour autant que! Ayant vu hier Granville je lui ai parlé génériquement de l'opportunité de prendre l'occasion de la réunion à Madrid de la conférence marocaine pour régler la qucsti?

Lord Granville m'a dit qu'il serait disposé à accéder à cette idée, mais qu'il fallait avant tout régler la question de la protection, objet spécial de la conférence et qu'après la question religieuse pourrait étre introduite.

L'Ambasciatore straordinario d'Inghilterra ebbe durante la sua fermata di due giorni in questa capitale, lunghi colloqui col Ministro Imperiale degli Affari Esteri, e fu anche ricevuto in udienza da Sua Maestà. I giornali essendosi assai occupati del prefato personaggio in questi giorni, credetti non esser indiscreto chiedendo al Barone Haymerle quali fossero le sue impressioni in conseguenza delle conversazioni seco lui avute.

Il signor Goschen avrebbe anzitutto dichiarato con molta insistenza, essere fermo volere del suo Governo di procedere in ogni questione in Oriente in pieno e completo accordo con tutte le altre Potenze sulla base del Trattato di Berlino, e di questo completo accordo, essere anzitutto necessario persuadere la Porta in maniera da togliergli ogni dubbio al riguardo.

Essendo venuto a parlare in modo più particolareggiato delle riforme a introdursi in Armenia, il Barone Haymerle, a quanto egli stesso mi disse, troncava il discorso osservando che al riguardo di tal speciale questione, il Gabinetto di Vienna non intendeva immischiarsi e desiderava anzi lasciar la mano completamente libera all'Inghilterra, siccome la sola potenza direttamente interessata.

Desiderando farmi un'idea quanto più possibile chiara dell'impressione prodotta sull'animo del Barone Haymerle dall'avvenuto scambio d'idee col diplomatico inglese, mi feci a seco lui discutere nelle linee generali le varie questioni ch'Egli dicevami avec seco lui toccato.

Il risultato delle indagini in tal maniera da me fatte si fu d'ingenerarmi il convincimento che il Primo Ministro Imperiale non rimase gran che soddisfatto delle sue conversazioni col signor Goschen. Convien del pari tener conto che se la lettera del signor Gladstone al Conte Karoly l poté far sparire la causa di una formale ostilità fra i due Governi e raggiungere lo scopo di mantenere fra di essi regolari relazioni, la cordialità di queste non sarà mai sempre dalle due parti che a fior di labbra.

Un vero leale amichevole accordo dell'Austria con un Gabinetto Whig non si è stabilito fin qui, né a parer mio riuscirà a stabilirsi in seguito. L'affaire Rubattino a été discutée hier matin à la cour de chancellerie. L'avocat de Rubattino a été antendu ainsi que le plaidoyer de l'avocat de la compagnie. La décision de la Cour sera renvoyée à jeudi prochain.

On lira alors copie des télégrammes Hodges. L'impression produite par les agissements de la compagnie a été très-défavorable à cette dernière. Je viens de parler à M. Dans la séance d'aujourd'hui, on a discuté demandes Maroc jusqu'au numéro On a introduit modifications qui, bien que pas très importantes, répondent intéréts européens. Ainsi il a été admis en principe droit d'accréditer agents consulaires dans l'intérieur de l'Empire Maroc.

Prochaine séance vingt huit. Il conflitto fra Chiesa e Stato, che ebbe principio in Prussia sino dal , fu l'origine di una situazione la quale, mentre divenne assai penosa per queste popo. Era quindi naturale che esso prendesse l'iniziativa, od almeno si prestasse volentieri alle trattative che ebbero luogo con la Santa Sede per riuscire ad un modus vivendi, quale era stato definito in una lettera del Principe Imperiale di Germania: Governo, non furono se non l'eco di voci poco certe, delle speranze che gli uni fondavano sulla eventualità di una conciliazione tra Io Stato e la Chiesa, e delle inquietudini che ad altri ispirava una simile prospettiva.

Nel mentre infatti il Ministro del Culto dichiarava che il suo disegno di legge aveva lo scopo di recare alle popolazioni cattoliche quel giovamento che principii irreconciliabili facevano disperare di ottenere mediante negoziati, la Norddeutsche Allgemeine Zeitung scriveva che l'iniziativa presa dal Governo era la miglior prova della buona volontà della quale esso era animato di offrire alle popolazioni cattoliche un modus vivendi favorevolissimo per la Chiesa.

Zeitung, la quistione era posta fra il Governo ed i tedeschi cattolici e non fra esso e la Santa Sede. I giudizi che i fogli più autorevoli dei varii partiti recarono sulla proposta del Ministro del Culto, si possono riassumere in poche parole. I giornali cattolici, pur riconoscendo gli incontestabili vantaggi immediati della nuova legge, stimano doversi essa respingere, siccome quella che è fondata unicamente sulla onnipotenza dello Stato e che non tien conto dei diritti della Santa Sede.

I nazionali-liberali sono oppressi da grave scrupolo costituzionale: Una parte di essi. Si crede che quest'ultimo, a meno di incidenti i quali sieno tali da mutare lo stato delle cose, potrà contare sulla maggioranza della Camera. Il primo di essi è anteriore alla presentazione della legge, ma merita di essere notato perché altre manifestazioni vennero a dargli attualmente maggiore importanza. Esso consiste nelle decisioni che furono votate il 13 corrente in Dortmund da una assemblea di tremila cattolici della Germania.

La stessa assemblea trasmise al Cardinal Nina un telegramma nel quale esprimeva la sua devozione alla Santa Sede. Il Santo Padre poi, se sono bene informato, avrebbe per mezzo di Monsignor Jacobini fatto esprimere al Principe di Bismarck il desiderio che venisse ritirata la legge proposta alla Camera Prussiana; ma ne avrebbe avuto in risposta la dichiarazione che questo Governo non poteva più rinunziare alla sua decisione, dopo di aver constatato che la Santa Sede non era disposta da parte sua a consentire veruna base che valesse a fondare un accordo pratico con lo Stato.

Ora poi è sopravvenuto un fatto assai più grave, qualora la notizia telegrafica pubblicata ierl'altro dalla Kolnische Zeitung sia conforme al vero. Il contegno di alcuni fogli cattolici induce a credere che in ogni caso qualche decisione di tal genere sia stata realmente presa. A suo tempo ebbi a riferire a V. Le Chancelier se montre satisfait des relations entre toutes les Puissances, la Russie y comprise.

Il n'y a dane rien à craindre pour le maintien de la paix générale. On pourrait objecter, il est vral, que ce qui se passe en Orient n'est pas sans quelque gravité. Mais, du moment où les Cabinets européens manifestent la ferme intention de marcher en parfait accord, il n'y a plus lieu de s'inquiéter outre mesure du contre-coup des événements dans la Péninsule des Balkans.

Il ne lui reste dane, et c'est san affaire, qu'à veiller l'arme au. MI risulta da sicura fonte che il Cardinale Jacobini che ebbe a condurre col Principe Reuss l ne;soziatl fra la Santa Sede ed il Cancelliere Imperlale, sarebbe personalmente d'avviso si abbia a fare per intanto buona accoglienza a quel primo passo sulla via della paciflcazione.

Infatti Sua Eminenza ch'lo rincontrai Ieri in una serata venne con me in discorso su quel soggetto. Une occupation italienne serait aussi une barrière sérieuse entre les Monténégrins et les Albanais mais ceux-ci ne la désirent nullement. Il se produira peut-étre d'autres expédients pour amener une solution.

Pour ce qui regarde la Grèce, quand ses frontières auront été rectifiées par la volonté de l'Europe, la Turquie y pensera à deux fois avant de refuser son assentiment. Elle a un intérét majeur à ne pas s'aliéner le bon vouloir des Puissances, qui elles-mémes ne demandent pas mieux que de prolonger autant que faire se pourra son existence, à la condition qu'on ne rende pas leur tàche impossible. On devrait bien se persuader à Constantinople que, pour empécher un nouveau démembrement de l'Empire, le meilleur moyen c'est précisément de se préter à l'exécution scrupuleuse et complète du Traité de Berlin.

C'est ce que les Puissances ont le droit de prétendre. Elles ne recherchent aucun avantage particulier, elles ne visent à aucune action séparée. Il ne faudrait pas que le Gouvernement Ottoman, par ses faux fuyants, par sa force d'inertie, vint troubler l'entente qui existe aujourd'hui. Il s'exposerait alors à de rudes mécomptes. La Russie nommément fait parvenir ici les assurances les plus pacifiques. Ses rapports se sont sensiblement améliorés avec les Cabinets de Vienne et de Berlin. Le bienfait de l'accord entre tous les Cabinets se reflétera, dit-elle, tout aussi bien dans les affaires de la Turquie, que dans l'Asie centrale.

Elle déclare vouloir s'abstenir d'encourager les entrainements intempestifs des populations chrétiennes dans les Balkans. Il serait impossible de les satisfaire en ce moment, sans provoquer des complications dont l'issue pourrait étre une catastrophe. Sous les ruines d'un effondrement prématuré de l'Empire ottoman pourraient disparaitre pour ces mémes populations des espérances qui, avec le bénéfice du temps, auraient des chances de succès.

Dans ces conjonctures, le Cabinet de St. Pétersbourg préche le calme et la modération, et en donne lui méme l'exemple. Le Prince de Bismarck accueillait cependant sous bénéfice d'inventaire ces déclarations de la Russie. Il est dans le vrai en affirmant, comme M. Gladstone, que, si des questions graves s'agitent en Europe, on possède un instrument efficace pour les résoudre, à savoir le concert des Grandes Puissances. L'Autriche et la Russie ont-elles renoncé à leurs arrièrepensées?

La Sublime Porte, en admettant qu'elle vienne à résipiscence, n'est-elle pas impuissante à gouverner les Provinces qui lui restent dans la Turquie d'Europe? Il me parait que les appréciations du Prince de Bismarck, prises dans leur ensemble, ont une couleur optimiste qui ne rend pas exactement la réalité des choses.

C'est peut-étre une manoeuvre pour masquer le désappointement produit ici par le changement de Cabinet en Angleterre. Le Chancelier n'aurait d'ailleurs aucun motif plausible de combattre les vues de M. Gladstone, lorsque lui auss'i a pour programme l'exécution du Traité de Berlin. Toutes les Puissances ayant adhéré à la proposition de l'Angleterre, avec l'amendement désiré par la France, il ne reste plus qu'à attendre l'arrivée à Constantinople de M.

Goschen, chargé de se concerter avec ses collègues sur la rédaction d'une note identique et simultanée à présenter à la Porte.

Après la remise de cette note, dans laquelle notification sera donnée d'une conférence à Berlin des ambassadeurs, ayant mandat de s'occuper de la rectification de la frontière hellénique, cette conférence ne tardera pas à etre convoquée. Le Prince de Bismarck n'en a pas recherché la réunion dans cette capitale, mais il n'a soulevé aucun obstacle, parcequ'à son avtis il se trouve encore ici, pour me servi.

Le mandat de la conférence serait pour le moment limité à la Grèce. Sera-t-il étendu plus tard au règlement des territoires que le Sultan doit céder au Monténégro et que les Albanais ne veulent pas livrer, qu'ils défendent les armes à la main, et à l'exécution des réformes en Arménie? Cela dépendra en partie de la réponse que la Porte fera à la note identique, qui comprendra aussi ces deux dernières questions. Il faudrait en outre le consentement des autres Puissances.

Pour son compte, la Russie a déjà fait pressentir le Cabinet de Londres, en voie confidentielle, sur l'utilité qu'il y aurait à ce que toutes les affaires en suspens fussent traitées de la meme manière. Lord Granville n'avait encore, pour autant qu'on le sait ici, donné aucune réponse. Une pareille insinuation, ou proposition, a-t-elle des chances de succès? Il ne semble pas que l'Autriche soit disposée à l'accepter. Sans parler de l'Arménie, où ne sont engagés en première ligne que les intérets de l'Angleterre et de la Russie, il se pourrait, en ce qui concerne le Monténégro et ses a: La combinaison d'une Albanie autonome sourirait peut-etre à l'Italie, à l'Angleterre, à la France et à la Russie.

Mais en laissant la Turquie directement aux prises avec cet imbroglio, on gagnerait du temps, on ajournerait une solution trop radicale; l'avenir offrirait quelque expédient qui permettrait de tourner les difficultés d'aujourd'hui. Si le Gouvernement ottoman comprenait mieux ses convenances, il serait encore en mesure de détourner une intervention de l'Europe. Il devrait prendre les devants, et s'entendre sans intermédiaires avec le Monténégro et la Grèce.

Mais, soit manque de bonne foi, soit impuissance, il n'inspire confiance à personne. Dans le cas, dès lors très probable, où la conférence se réunirait, il nous conviendrait de provoque;: Janina sera-t-il compris dans la nouvelle frontière, au risque de provoquer un conflit sanglant?

Un appui sera-t-il preté à une autonomie des Albanais, malgré le danger de les rencontrer de nouveau quand il s'agira de règler ce qui touche à la Grèce?

Les populations albanaises sontelles jugées aptes à se gouverner elles-memes? Si on leur accorde une position privilégiée, les autres provinces non émancipées dans la Turquie d'Europe, ne réclameront-elles pas le meme traitement? Sera-t-on à meme de le refuser? Enfin, le Sultan prouvant de plus en plus son irrémédiable faiblesse, telle ou telle autre Puissance ne travaillera-t-elle pas à gagner un lot dans la succession?

Video taggati con "salope francaise insultee". Ads by Traffic Junky. Jolie Ado francaise fait sa premiere video anale - Louise et Martin 4k. French Milf Salope Vulgaire. French Teen pee in toilet - Jeune française pisse au toilette Vic Alouqua. Baise moi comme une salope je suis ta pute! Jeune Salope baise avec son beau père qui jouie son sperme dans sa chatte.

French teen make a squirt - Jeune francaise et femme fontaine - Vic Alouqua. Plan filles - 2 salopes francaises se ramonent le cul avec des sextoys. Please login o register to add a video to collections.

3 thoughts on “Echangiste amateur escort girl soumise

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *